Bourse Actualite Stock
Lyrics Songs Paroles Video



Accueil
GDF SUEZ 


28.02.2013 GDF SUEZ Résultats annuels 2012

Résultat net récurrent, part du Groupe1 3,8 milliards d’euros
Investissements bruts2 10,0 milliards d’euros
Rating3 Catégorie A : A/A1
Dette nette ajustée4 /Ebitda 2,5x
Dividende5 1,50 euro par action
Bons résultats opérationnels et structure financière solide
Chiffre d’affaires de 97,0 milliards d’euros en hausse de + 7 %
Croissance de l’Ebitda dans toutes les branches Energie pour atteindre 17,0 milliards d’euros (+3%)
Résultat net, part du Groupe, de 1,6 milliard d’euros, en recul par rapport à 2011, après prise en compte de 2 milliards de dépréciations comptables d’actifs nettes d’impôts, essentiellement sur des actifs européens
Structure financière solide avec une dette nette de 43,9 milliards d’euros en baisse de 2 milliards par rapport à fin septembre

Politique de dividende confirmée
2012 marque l’accélération de la transformation du Groupe
Rachat des minoritaires d’International Power et accélération du développement dans les pays à forte croissance
Evolution des relations avec SUEZ Environnement
Optimisation des activités en Europe et succès dans les renégociations des contrats gaz
Contexte tarifaire clarifié dans un cadre pérenne pour les tarifs réglementés du gaz en France
1 Résultat net hors coûts de restructurations, MtM, dépréciations d’actifs, cessions, autres éléments non récurrents et contribution nucléaire en Belgique.
2 Hors rachat des minoritaires d’International Power (9,9 milliards d’euros).
3 Notes long terme assorties respectivement d’une mise sous surveillance négative/perspective négative.
4 Dette nette au 31/12/2012 de 43,9 milliards d’euros ajustée de la cession de SPP finalisée et encaissée le 23/01/2013.
5 Dividende qui sera soumis à l’approbation des actionnaires réunis en Assemblée générale le 23 avril 2013 avec un solde de 0,67 euro par action qui sera payé en numéraire le 30 avril 2013. La date de détachement du dividende est fixée au 25 avril 2013.


Atteinte de tous les objectifs financiers
Résultat net récurrent, part du Groupe, en hausse de 11 %
dans un contexte économique et sectoriel difficile

Perspectives
Confirmation des priorités stratégiques au service du développement du Groupe
Confirmation des objectifs financiers 2013 et 2014
Mise en oeuvre du plan d’actions ambitieux Perform 2015
Poursuite des ambitions sociales et environnementales

A l’occasion de la présentation des résultats annuels, Gérard Mestrallet, Président - Directeur général de GDF SUEZ, a déclaré : « Grâce à son modèle d’entreprise équilibré et en dépit d’un environnement économique difficile, GDF SUEZ a réalisé de bons résultats opérationnels sur l’exercice 2012. L’ensemble des objectifs industriels et financiers a été atteint. La structure financière solide et la forte génération de liquidité constituent des avantages compétitifs clés pour le Groupe et permettent de poursuivre notre politique de développement sélective et rentable et de maintenir la politique de dividende attractive. Afin d’anticiper une conjoncture qui s’annonce difficile en Europe en 2013 et 2014, le Groupe a décidé d’accélérer sa transformation, de simplifier ses structures et de réduire ses coûts, ses investissements et sa dette. GDF SUEZ s’est donné pour priorités, en Europe, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, et à l’international, les activités de GNL et de production indépendante d’électricité dans les pays à forte croissance. Le Groupe est confiant dans la pertinence de sa stratégie et dans sa capacité à réussir sa transformation ».
Atteinte de tous les objectifs financiers avec un résultat net récurrent en hausse de 11 %
Chiffre d’affaires de 97 milliards d’euros en hausse de + 7 %
Dans un environnement économique et régulatoire difficile, particulièrement dans les marchés matures où il est présent, GDF SUEZ enregistre une hausse de + 7,0 % de son chiffre d’affaires qui atteint 97,0 milliards d’euros (croissance organique de + 5,8 %). Cette croissance provient d’une hausse des ventes de gaz et d’électricité en France, bénéficiant d’un retour à des conditions climatiques normales en 2012, de la progression de l’exploration-production et des ventes de GNL, et de la poursuite du développement du Groupe à l’international, notamment en Amérique latine et en Asie.
Croissance de l’Ebitda dans toutes les branches Energie pour atteindre 17 milliards d’euros
L’Ebitda du Groupe s’élève à 17 026 millions d’euros6, en croissance brute de + 3,0 % (croissance organique de + 3,6 %). Cette progression s’explique par l’impact des mises en service dans tous les métiers du Groupe, une plus grande contribution de l’exploration-production et des activités GNL, un climat plus favorable qu’en 2011, les effets du rattrapage tarifaire en France ainsi que par les premiers effets du plan de performance Perform 2015. Ces éléments de croissance ont cependant été impactés par la perte de contribution à l’Ebitda des sociétés cédées dans le cadre du programme d’optimisation du portefeuille d’actifs du Groupe, des effets défavorables de l’évolution des marges gaz-électricité, des indisponibilités des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2 ainsi que plus globalement des impacts des conditions économiques et régulatoires difficiles dans les marchés matures.
6 A climat moyen et hors impact des tarifs en France, l’Ebitda corrigé est de 16 997 millions d’euros.
Page 3 sur 9
L’Ebitda de la branche Energy International enregistre une progression de + 2,4 % à 4 327 millions d’euros, principalement du fait des effets périmètre positifs et de taux de change favorables. Sur une base organique, l’Ebitda recule de - 0,8 % en raison d’un certain nombre d’éléments exceptionnels favorables en 2011 et d’une conjoncture difficile dans les marchés matures qui a réduit l’effet positif de la croissance enregistrée dans les marchés à forte croissance.
L’Ebitda de la branche Energie Europe, à 4 180 millions d’euros, progresse en organique de + 3,5 % sous les effets du retour à des conditions climatiques normales, de conditions d’approvisionnement en gaz plus favorables, du rattrapage tarifaire en France. Cette belle performance intervient malgré de nombreux facteurs négatifs sur la zone tels que les pressions concurrentielles et régulatoires accrues, les indisponibilités des centrales nucléaires belges de Doel 3 et Tihange 2 et la baisse globale des prix de marché de l’électricité en Europe. La performance 2012 est également pénalisée par la hausse des tarifs d’accès au réseau de transport d’électricité en Belgique, tarifs qui ont été récemment annulés par la Cour d’Appel de Bruxelles pour la période 2012-2015.
La branche Global Gaz & GNL montre une forte croissance organique de son Ebitda à 2 377 millions d’euros, soit + 27,8 %, portée par les activités d’exploration-production (effets volumes et prix favorables) et par une augmentation significative des opérations de ventes de GNL, notamment vers l’Asie (39 cargaisons en 2012 contre 25 en 2011).
L’Ebitda de la branche Infrastructures s’établit à 3 049 millions d’euros, en hausse de + 1,9 % par rapport à 2011, bénéficiant d’un retour à un climat moyen (+ 33,5 TWh) mais pénalisé par la moindre commercialisation des capacités de stockage en France et par une hausse des charges d’exploitation prise en compte dans le tarif de distribution entré en vigueur en juillet 2012.
La branche Energie Services connaît une légère croissance organique de son Ebitda à 1 018 millions d’euros (+ 1,7 %), ce qui démontre sa capacité de résistance dans un contexte économique difficile sur la plupart de ses marchés européens.
Enfin, SUEZ Environnement enregistre un recul organique de son Ebitda de - 3,3 % à 2 426 millions d’euros, en raison notamment de la dégradation de l’activité économique qui affecte significativement les volumes traités et le cours des matières secondaires pour les activités de propreté en Europe. La bonne résistance des activités Eau Europe, la croissance de l’international et la contribution du plan de performance permettent cependant d’atténuer cette tendance.
Toutes les branches ont contribué au plan de performance Perform 2015 lancé au deuxième semestre 2012 qui a permis d’ores et déjà d’enregistrer sur 2012 une contribution brute au compte de résultat de 0,8 milliard d’euros, au-delà de l’objectif Efficio 2 de 0,6 milliard d’euros sur cet exercice, et qui impacte favorablement l’Ebitda 2012 à hauteur de + 0,2 milliard d’euros.
Résultat net en recul par rapport à 2011
après prise en compte de dépréciations comptables d’actifs
Après constatation de dépréciations à hauteur de 2 milliards d’euros nettes d’impôt, essentiellement sur des actifs européens, le résultat net part du Groupe s’élève à 1,6 milliard d’euros, en recul par rapport à celui de 2011. Cet ajustement comptable de la valeur des actifs reflète la tendance du marché européen de l’énergie et la faiblesse des taux d’utilisation des centrales à gaz, conformément aux annonces faites en décembre 2012 lors de l’Investor Day. Il est sans impact sur la trésorerie du Groupe. Cet ajustement est également significatif de la transformation volontaire annoncée par le Groupe, afin d’anticiper et d’accompagner l’évolution de l’activité dans les marchés matures.
Résultat net récurrent part du Groupe en hausse de 11 %
Le résultat net récurrent part du Groupe, à 3,8 milliards d’euros, est en augmentation de + 11 % par rapport à l’année 2011. Cette forte amélioration s’explique notamment par la progression du résultat opérationnel courant. Le résultat financier récurrent, le résultat des sociétés mises en équivalence ainsi que la part des intérêts minoritaires restent stables par rapport à l’année dernière (hors éléments non récurrents).

Structure financière solide
La dette nette, en baisse de 2 milliards d’euros par rapport à fin septembre 2012, s’établit à 43,9 milliards d’euros à fin décembre 2012, et intègre le financement de l’opération de rachat des minoritaires d’International Power, en partie déjà compensé par le programme d’optimisation de portefeuille. Après prise en compte de l’impact de la cession de la société slovaque SPP, finalisée le 23 janvier 2013, la dette nette s’élève à 42,8 milliards d’euros, soit un ratio dette nette ajustée/Ebitda de 2,5x. Le Groupe est noté A/A17 respectivement par S&P et Moody’s.
Hors impact de l’opération de rachat des minoritaires d’International Power (9,9 milliards d’euros), les investissements réalisés en 2012 s’élèvent à 10,0 milliards d’euros.
Après prise en compte de la cession de sa participation dans SPP, finalisée le 23 janvier 2013, le programme d’optimisation de portefeuille permet de diminuer la dette nette de 5,4 milliards d’euros.
A fin décembre 2012, le Groupe affiche une forte liquidité de 20,8 milliards d’euros dont 10,3 en trésorerie et un coût moyen de la dette brute qui atteint un point bas historique à 4,20 %.
Politique de dividende confirmée
Le Conseil d’administration a réaffirmé sa confiance et son attachement au maintien de sa politique de dividende attractive. Le Groupe bénéficie en effet d’une génération de cash flow opérationnel solide (12,1 milliards d’euros en 2012) et d’une flexibilité financière importante renforcée par la diminution des investissements annuels à 7-8 milliards d’euros sur la période 2013-2015. Il proposera donc aux actionnaires un dividende stable de 1,50 euro au titre de l’exercice 2012 lors de l’Assemblée générale du 23 avril 2013.
2012 marque l’accélération de la transformation du Groupe
En 2012, GDF SUEZ a décidé d’anticiper les mutations profondes du secteur de l’énergie et d’adapter en conséquence son modèle d’entreprise.
Accélération du développement dans les pays à forte croissance
GDF SUEZ a finalisé fin juin l’acquisition de 100 % d’International Power qui s’inscrit dans la logique d’accélération de son développement dans les pays à forte croissance et de simplification de la structure du Groupe.
Grâce à cette plate-forme unique, GDF SUEZ est entré sur de nouveaux marchés comme le Koweit, avec le projet de centrale à cycle combiné gaz de 1 500 MW et son usine de dessalement, ou plus récemment au Maroc, avec le projet de construction du plus grand parc éolien d’Afrique à Tarfaya d’une puissance de 300 MW.
Leader mondial de la production indépendante d’électricité, le Groupe a mis en service 6,2 GW de capacités électriques en 2012 dont 90 % dans les pays à forte croissance avec, entre autres, les mises en service des centrales de Paiton en Indonésie, Gheco One en Thaïlande, Estreito au Brésil, Chilca Uno au Pérou et Al Dur à Bahreïn.
Aujourd’hui, 40 % de la capacité installée du Groupe est située dans les marchés à forte croissance, là où la demande en énergie est immense. 80% des 10 000 MW actuellement en construction sont également situés dans ces régions.
L’exercice 2012 a également permis de renforcer le leadership du Groupe sur le marché du GNL dans le monde avec la signature de nouveaux contrats avec des acteurs asiatiques (Inde, Thaïlande, Corée du Sud) pour un total de 2,6 millions de tonnes (environ 39 cargaisons), livrables entre 2012 et 2014.
7 Notes long terme assorties respectivement d’une mise sous surveillance négative/perspective négative

Optimisation des activités en Europe et succès dans les renégociations des contrats gaz
La création de la branche Energie Europe au début de l’année 2012 a permis de réagir plus efficacement aux nouveaux défis des marchés européens.
Poursuivant sa politique d’optimisation de sa flotte d’actifs en Europe, le Groupe avait annoncé la fermeture ou la mise sous cocon de 7,3 GW de capacités de production électriques sur la période 2009-2013 et a pris récemment la même décision pour 1,3 GW supplémentaire.
Dans le cadre de son programme d’optimisation de portefeuille, le Groupe a annoncé la cession de sa participation dans la société slovaque SPP ainsi que d’une participation majoritaire dans IP Maestrale, filiale italienne spécialisée dans l’énergie éolienne. Ces deux transactions ont été finalisées début 2013.
Enfin, le Groupe a poursuivi avec succès la renégociation de ses contrats d’approvisionnement long terme de gaz en utilisant tous les leviers lui permettant de rendre ces contrats plus compétitifs. En particulier, il a été conclu fin 2012 un accord avec Statoil permettant de porter à 36 % la part d’indexation marché dans la formule tarifaire destinée aux particuliers en France. Le Groupe conserve l’option de renégocier à nouveau tous ses contrats d’ici la fin 2014 dont environ la moitié dès 2013.
Contexte tarifaire clarifié dans un cadre pérenne pour les tarifs réglementés du gaz en France
En France, le contexte tarifaire pour les tarifs réglementés de gaz est maintenant clarifié dans un cadre pérenne. Les deux arrêts du Conseil d’Etat du 10 juillet 2012 et du 30 janvier 2013 annulant quatre arrêtés tarifaires de 2011 et 2012 ont autorisé la récupération du manque à gagner par GDF SUEZ et ont conforté l’application des formules tarifaires définies par le contrat de service public. Depuis le 1er janvier 2013, le nouveau dispositif tarifaire confirme le principe de couverture intégrale des coûts, d’une marge de commercialisation et d’un ajustement mensuel du tarif.
Cette réforme règle donc le problème de l’exposition de GDF SUEZ à ce risque régulatoire.
Evolution des relations avec SUEZ Environnement
Le 22 janvier 2013, GDF SUEZ a confirmé sa décision de ne pas renouveler le pacte d’actionnaires de SUEZ Environnement qui prendra fin le 22 juillet 2013. SUEZ Environnement sera donc désormais mis en équivalence dans les comptes du Groupe.
Les deux entreprises ont toujours fortement exprimé leurs intentions de prolonger les coopérations industrielles et commerciales qui les lient. Les principes directeurs des accords industriels et commerciaux ont été entérinés par les deux Groupes et ont fait l’objet d’un accord cadre.
Perspectives
Confirmation des priorités stratégiques au service du développement du Groupe
GDF SUEZ confirme ses priorités stratégiques de développement autour des axes suivants :
 Accélération du développement à l’international au travers des activités de production d’électricité et de GNL
 Optimisation des positions sur les marchés matures en s’appuyant sur l’avantage compétitif du Groupe dans l’efficacité énergétique et sur son expertise dans les énergies renouvelables
 Renforcement sur les activités générant des résultats récurrents
Page 6 sur 9
Confirmation des objectifs financiers 2013 et 2014
Pour 2013, le Groupe réaffirme ses objectifs financiers8, avec les hypothèses suivantes :
 impact positif de la décision du 30 janvier 2013 du Conseil d’Etat sur les tarifs du gaz en France
 redémarrage des centrales belges de Doel 3 et Tihange 2 au 2ème trimestre 2013
 mise à jour des prix des commodités à fin janvier 2013
Avec ces hypothèses, le Groupe anticipe :
 un résultat net récurrent part du Groupe9 entre 3,1 et 3,5 milliards d’euros, à climat moyen et régulation stable. Cet objectif repose sur une estimation d’Ebitda comprise entre 13 et 14 milliards d’euros, après prise en compte de la mise en équivalence de Suez Environnement
 des investissements bruts entre 7 et 8 milliards d’euros
 un ratio dette nette/Ebitda inférieur ou égal à 2,5x et le maintien d’une notation de catégorie « A »
La performance attendue en 2014 sur le résultat net récurrent part du Groupe sera comprise dans une fourchette identique à celle de 2013.
Mise en oeuvre du plan d’actions ambitieux Perform 2015
GDF SUEZ a lancé son plan d’actions ambitieux Perform 2015 en réponse à un environnement européen dégradé avec pour objectifs :
 une contribution brute au compte de résultat de 3,5 milliards d’euros en 2015 avec un impact sur le résultat net récurrent part du Groupe de + 0,2 milliard d’euros chaque année dès 2013
 une contribution brute additionnelle de 1 milliard d’euros en 2015 grâce à l’optimisation des capex et du besoin en fonds de roulement
 une réduction de la dette nette autour de 30 milliards d’euros fin 2014
 un programme d’optimisation d’actifs ayant un impact sur la dette nette de 11 milliards d’euros sur la période 2013-2014 et principalement concentré sur les marchés matures.
Poursuite des ambitions sociales et environnementales
GDF SUEZ est par ailleurs en bonne voie dans l’atteinte de ses objectifs extra financiers à l’horizon 2015, celui de la formation étant même déjà atteint avec 69% des salariés formés en 2012 :
 Énergies renouvelables : augmentation des capacités installées de 50 % par rapport à 2009
 Santé et Sécurité : atteindre un taux de fréquence des accidents inférieur à 6
 Biodiversité : déploiement d’un plan d’actions pour chaque site sensible au sein de l’Union européenne
 Mixité : 25 % de femmes cadres
 Formation annuelle d’au moins deux tiers des salariés du Groupe
 Actionnariat salarié : 3 % du capital social du Groupe détenu par les salariés du Groupe
Par ailleurs, le Groupe remodèle son organisation dans le cadre de son plan Perform 2015, dynamique qui le conduira à maintenir un programme ambitieux de 18 000 embauches en CDI en France sur les trois prochaines années. GDF SUEZ est l’un des principaux employeurs en France avec plus de 100 000 collaborateurs.
8 Ces objectifs reposent sur des hypothèses de climat moyen, de redémarrage de Doel 3 et Tihange 2 au deuxième trimestre 2013, d’absence de changement substantiel de règlementation et de l’environnement macro-économique, de mise en équivalence de Suez Environnement au 01/01/2013, d’hypothèses de prix des commodités basées sur les conditions de marché à fin janvier 2013 pour la partie non couverte de la production, et de cours de change moyen suivants pour 2013: €/$1,27, €/BRL 2,42. Ces objectifs intègrent l’impact positif de la décision du 30 janvier 2013 du Conseil d’Etat sur les tarifs de gaz.
9 Résultat net hors coûts de restructurations, MtM, dépréciations d’actifs, cessions, autres éléments non récurrents et contribution nucléaire en Belgique.

Prochains évènements
 23 avril 2013 : Publication des résultats du 1er trimestre 2013
 23 avril 2013 : Assemblée Générale des Actionnaires
 30 avril 2013 : Paiement du solde du dividende (0,67 € par action)10 au titre de l’exercice 2012. La date de détachement du dividende est fixée au 25 avril 2013
 1er août 2013 : Publication des résultats du 1er semestre 2013
La présentation des résultats et le rapport financier annuel 2012 comportant le rapport d’activité, les comptes consolidés et les notes aux comptes sont disponibles sur notre site internet :
http://www.gdfsuez.com/investisseurs/resultats-3/resultats-2012/
Les comptes consolidés du Groupe et les comptes sociaux de GDF SUEZ SA au 31 décembre 2012 ont été arrêtés par le Conseil d’administration du 27 février 2013. Les procédures d'audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification est en cours d’émission.
À propos de GDF SUEZ
GDF SUEZ inscrit la croissance responsable au coeur de ses métiers pour relever les grands enjeux énergétiques et environnementaux : répondre aux besoins en énergie, assurer la sécurité d’approvisionnement, lutter contre les changements climatiques et optimiser l’utilisation des ressources. Le Groupe propose des solutions performantes et innovantes aux particuliers, aux villes et aux entreprises en s’appuyant sur un portefeuille d’approvisionnement gazier diversifié, un parc de production électrique flexible et peu émetteur de CO2 et une expertise unique dans quatre secteurs clés : le gaz naturel liquéfié, les services à l’efficacité énergétique, la production indépendante d’électricité et les services à l’environnement. GDF SUEZ compte 219 300 collaborateurs dans le monde pour un chiffre d’affaires en 2012 de 97 milliards d’euros. Coté à Bruxelles, Luxembourg et Paris, le Groupe est représenté dans les principaux indices internationaux : CAC 40, BEL 20, DJ Stoxx 50, DJ Euro Stoxx 50, Euronext 100, FTSE Eurotop 100, MSCI Europe, ASPI Eurozone et ECPI Ethical Index EMU.
Avertissement important
Les agrégats présentés sont ceux habituellement utilisés et communiqués aux marchés par GDF SUEZ. La présente communication contient des informations et des déclarations prospectives. Ces déclarations comprennent des projections financières et des estimations ainsi que les hypothèses sur lesquelles celles-ci reposent, des déclarations portant sur des projets, des objectifs et des attentes concernant des opérations, des produits ou des services futurs ou les performances futures. Bien que la direction de GDF SUEZ estime que ces déclarations prospectives sont raisonnables, les investisseurs et les porteurs de titres GDF SUEZ sont alertés sur le fait que ces informations et déclarations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes, difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de GDF SUEZ qui peuvent impliquer que les résultats et développements attendus diffèrent significativement de ceux qui sont exprimés, induits ou prévus dans les déclarations et informations prospectives. Ces risques comprennent ceux qui sont développés ou identifiés dans les documents publics déposés par GDF SUEZ auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), y compris ceux énumérés sous la section « Facteurs de Risque » du document de référence de GDF SUEZ enregistré auprès de l’AMF le 23 mars 2012 (sous le numéro D.12-0197). L’attention des investisseurs et des porteurs de titres GDF SUEZ est attirée sur le fait que la réalisation de tout ou partie de ces risques est susceptible d’avoir un effet défavorable significatif sur GDF SUEZ.
10 Dividende qui sera soumis à l’approbation des actionnaires réunis en Assemblée générale le 23 avril 2013.
Contact presse :
Tél. France : +33 (0)1 44 22 24 35
Tél. Belgique : +32 2 510 76 70
E-mail : gdfsuezpress@gdfsuez.com
@gdfsuez
Contact relations investisseurs :
Tél. : +33 (0)1 44 22 66 29
E-mail : ir@gdfsuez.com

Bilan simplifié
ACTIF 31/12/11 31/12/12 PASSIF 31/12/11 31/12/12
ACTIFS NON COURANTS 149,9 145,2
Capitaux propres,
part du groupe
62,9 59,7
Intérêts minoritaires 17,3 11,5
ACTIFS COURANTS 63,5 60,3 TOTAL CAPITAUX PROPRES 80,3 71,2
Dont actifs financiers évalués
à la juste valeur par résultat
2,9 0,4 Provisions 16,2 17,7
Dont trésorerie et équivalents
de trésorerie
14,7 11,4 Dettes financières 56,6 57,2
Autres dettes 60,3 59,4
TOTAL ACTIF 213,4 205,5 TOTAL PASSIF 213,4 205,5
En Mds€
Dette nette au 31/12/2012 = dettes financières s’élevant à 57,2 Mds€ - trésorerie et équivalents de trésorerie (11,4 Mds€) - actifs financiers évalués à la juste valeur par résultat
(0,4 Mds€) – actifs liés aux financements (0,3 Mds€ inclus dans les actifs non courants) – instruments financiers dérivés relatifs à la dette (1,2 Mds€)
8
Compte de résultat simplifié
2011 2012
Chiffre d'affaires 90 673 97 038
Achats -46 695 -52 177
Charges de personnel -12 775 -13 234
Amortissements, dépréciations et provisions -7 115 -7 113
Autres produits et charges opérationnels -15 110 -14 994
Résultat opérationnel courant 8 978 9 520
MtM, dépréciations d’actifs, restructurations et cessions 706 -2 387
Résultat des activités opérationnelles 9 684 7 133
Résultat financier (charge)
dont coût récurrent de l'endettement net
dont éléments non récurrents inclus dans le résultat financier
dont autres
-2 606
-1 950
-184
-472
-2 756
-1 945
-303
-509
Impôts
dont impôts exigibles
dont impôts différés
-2 119
-1 647
-473
-2 054
-2 530
475
Part dans les entreprises associées 462 433
Intérêts minoritaires -1 418 -1 205
Résultat net part du groupe 4 003 1 550
EBITDA 16 525 17 026
En M€
Page 9 sur 9
9
Flux de trésorerie
2011 2012
MBA avant charge financière et impôts
Impôts payés (hors impôts payés sur cessions)
Variation du BFR
16 117
-1 853
-426
16 612
-2 010
-995
FLUX DE TRÉSORERIE ISSUS DE L’ACTIVITÉ COURANTE 13 838 13 607
Investissements corporels et incorporels nets
Investissements financiers
Cessions et autres flux liés à l’investissement
-8 898
-1 703
2 696(1)
-9 177
-551
1 277
FLUX DE TRÉSORERIE ISSUS DE L’INVESTISSEMENT -7 905 -8,451
Dividendes payés
Rachat d’actions
Solde des remboursements / nouveaux emprunts
Intérêts financiers versés
Augmentation de capital
Autres flux de trésorerie (3)
-4 363
-362
1 597
-1 977
569
2 040
-2 117(2)
-358
4 029
-1 915
229(2)
-8 189(4)
FLUX DE TRÉSORERIE ISSUS DU FINANCEMENT -2 496 -8 322
Effets de change et autres -58 -127
TRÉSORERIE À L’OUVERTURE 11 296 14 675
TOTAL DES FLUX DE TRÉSORERIE DE LA PÉRIODE 3 379 -3 293
TRÉSORERIE À LA CLÔTURE 14 675 11 383
(1) Incluant l’impact net de la trésorerie acquise d’International Power sous déduction du paiement du dividende exceptionnel de 92 pence /action attribué le 25 février 2011
(2) Hors dividendes payés en actions pour 2 593M€
(3) Incluant l’impact des changements de parts d’intérêts dans les sociétés contrôlées (transactions GRTgaz et E&P en 2011, IPR en 2012)
(4) Y compris acquisition des parts minoritaires dans IPR
En M€
10
Chiffre d’affaires par région
Par destination
En M€ 2011 2012 Δ 12/11
France 31 156 35 914 +15,3%
Belgique 11 817 11 110 -6,0%
Sous-total France-Belgique 42 973 47 024 +9,4%
Autres pays de l’UE 27 640 28 978 +4,8%
dont Italie 5 882 7 035
dont UK 5 136 5 854
dont Allemagne 4 384 4 471
dont Pays-Bas 4 694 4 384
Autres pays européens 1 676 1 040 -37,9%
Sous-total Europe 72 289 77 042 +6,6%
Amérique du Nord 5 745 5 469 -4,8%
Sous-total Europe & Amérique du Nord 78 034 82 511 +5,7%
Asie, Moyen orient et Océanie 7 011 8 633 +23,1%
Amérique du Sud 4 673 4 951 +5,9%
Afrique 957 941 -1,7%
TOTAL 90 673 97 038 +7,0%


 
Copyright  2012  Ernstrade

Avertissement légal - Contact Webmaster - Partenaires