Bourse Actualite Stock Lyrics Songs Paroles Video

Accueil
Plus500
Profil & New PEUGEOT

2004 : Objectifs atteints Marge opérationnelle IFRS à 4,5 % du chiffre d’affaires 

2004 : Les points marquants

2004 a vu une nouvelle croissance des volumes de ventes du groupe et le succès des lancements de Peugeot 407 et Citroën C4, dans un environnement marqué par la stabilité du marché français et l’accroissement des offres promotionnelles sur le marché européen. Dans ce contexte, le groupe a atteint son objectif d’une marge opérationnelle du même ordre que celle de 2003.

- Ventes mondiales : 3 375 300 voitures, contre 3 286 100 unités en 2003

- Marge opérationnelle consolidée : 
o Référentiel français : € 2 182 millions, soit 3,8 % du chiffre d’affaires, contre € 2 214 millions en 2003.
o Référentiel IFRS : € 2 534 millions, soit 4,5 % du chiffre d’affaires.

- Résultat net part du groupe : 
o Référentiel français : € 1 357 millions, contre € 1 497 millions en 2003
o Référentiel IFRS : € 1 681 millions.

- Résultat net par action : 
o Référentiel français : € 5,64 contre € 6,14 en 2003.
o Référentiel IFRS : € 7,26.

- Position financière nette des activités industrielles et commerciales : 
o Référentiel français : solde positif de € 1 428 millions, contre € 563 millions en 2003.
o Référentiel IFRS: solde positif de € 1 347 millions.

2004 : Les chiffres Chiffre d'affaires (référentiel comptable français)

Le chiffre d’affaires s’élève à 56 797 millions d’euros, en hausse de 4,7 % sur l’exercice 2003, à 
54 238 millions d’euros. Par semestre, il s’établit à 28 942 millions d’euros pour le premier semestre, en hausse de 4,2 %, et à 27 855 millions d’euros pour le second semestre, en hausse de 5,2 %. Sur le quatrième trimestre, il connaît une accélération significative (+ 6,6 %, à 15 053 millions d’euros) due à la montée en cadence des nouveaux modèles.

Le chiffre d’affaires de l’automobile, à 45 791 millions d’euros, est en augmentation de 4,8 % par rapport à 2003. Cette évolution résulte de l’augmentation des ventes mondiales de Peugeot et Citroën et de l’effet de mix produit lié à la hausse des volumes des modèles lancés récemment ; elle est atténuée par l’impact du mix géographique résultant de la baisse relative des ventes en Europe occidentale. 

Le chiffre d’affaires de Gefco s’élève à 2 894 millions d’euros, en hausse de 5,5 % sur 2003.

Le chiffre d’affaires de Faurecia, à 10 720 millions d’euros, est en progression de 5,9 % sur 2003. Hors effets de change et variation du prix des métaux précieux inclus dans les systèmes d’échappement et à périmètre constant, le chiffre d’affaires est en progression de 7,9 %

Les encours de crédit du groupe Banque PSA Finance s’élèvent à 21,2 milliards d’euros à fin décembre 2004, en hausse de 8 % par rapport à leur niveau du 31 décembre 2003.

Résultats (référentiel comptable français)
La marge opérationnelle du groupe s’établit à 2 182 millions d’euros, soit 3,8 % du chiffre d’affaires consolidé, à comparer à 2 214 millions d’euros et 4,1 % du chiffre d’affaires en 2003. Par semestre, elle s’établit à 1 068 millions d’euros, soit 3,7 % du chiffre d’affaires pour le premier semestre et à 1 114 millions d’euros, soit 4 % du chiffre d’affaires pour le second semestre, contre 925 millions d’euros et 3,5 % du chiffre d’affaires au second semestre de 2003. La marge opérationnelle semestrielle du groupe a atteint un point bas au deuxième semestre 2003 et se redresse depuis lors.
La marge opérationnelle automobile s’élève à 1 126 millions d’euros, soit 2,5 % du chiffre d’affaires, à comparer à 1 300 millions d’euros et 3 % du chiffre d’affaires en 2003. Cette évolution reflète l’impact de la concurrence accrue en Europe, moins marqué néanmoins au second semestre grâce aux effets favorables des lancements de nouveaux modèles, et celui de la hausse des matières premières. Elle résulte également de l’effet favorable de l’évolution des volumes et du mix des ventes ainsi que de la réduction continue des coûts de production. Pour le second semestre, la marge opérationnelle automobile s’établit à 598 millions d’euros et 2,6 % du chiffre d’affaires, en progression sur le premier semestre (537 millions d’euros et 2,3 % du chiffre d’affaires) et en hausse plus marquée par rapport au second semestre de 2003 (454 millions d’euros et 2,1 % du chiffre d’affaires).
La marge opérationnelle de Banque PSA Finance s’élève à 512 millions d’euros, en forte augmentation par rapport aux 418 millions d’euros atteints en 2003, grâce à une nouvelle hausse de l’activité, à l’amélioration du taux de marge du portefeuille ainsi qu’à la maîtrise des frais d’exploitation et du coût de risque de crédit.

La marge opérationnelle de Gefco s’est élevée à 156 millions d’euros et 5,4 % du chiffre d’affaires, en progression de 9,1 % par rapport à celle de 2003 à 143 millions d’euros et 5,2 % du chiffre d’affaires.
La marge opérationnelle de Faurecia s’établit à 366 millions d’euros, soit 3,4 % du chiffre d’affaires, à comparer à 303 millions d’euros et 3,0 % du chiffre d’affaires en 2003. Cette évolution est liée à une activité soutenue tout au long de l’année, une amélioration de la performance industrielle venant compenser la pression sur les prix de vente et les premiers effets de la hausse des matières premières, ainsi qu’à une stabilisation des frais de démarrage et des frais administratifs et commerciaux.

Le résultat net revenant à Peugeot SA s’élève à 1 357 millions d’euros, contre 1 497 millions d’euros en 2003. Ramené à une action, le résultat s’établit à 5,64 euros, à comparer à 6,14 euros pour 2003.

Structure financière (référentiel comptable français)
La marge brute d’autofinancement des activités industrielles et commerciales atteint 3 465 millions d’euros, soit 6,3 % du chiffre d’affaires, contre 3 547 millions d’euros et 6,7 % du chiffre d’affaires en 2003. 

Les investissements industriels, correspondant au programme de lancements de nouveaux modèles et au développement international du groupe s’établissent à 2 920 millions d’euros en 2004.

Ce montant, qui intègre 229 millions d’euros au titre de l’usine de Trnava, est conforme à l’objectif du groupe qui vise à consacrer un montant annuel maximum de 3 000 millions d’euros aux investissements corporels. A ces investissements directs s’ajoutent l’achat d’actions de Dongfeng Peugeot Citroën Automobile (128 millions d’euros) portant la part du groupe dans sa co-entreprise chinoise de 32 % à 50 %. 
Le programme de rachat d’actions a été poursuivi en profitant des opportunités offertes par l’évolution du marché du titre. Les achats ont porté sur 6 295 002 actions au prix moyen de 45,58 euros par action pour un total de 287 millions d’euros. Au 31 décembre 2004, le groupe détient 10 230 439 actions Peugeot S.A. en portefeuille, représentant 4,21 % du capital.

La position financière nette des sociétés industrielles et commerciales du groupe progresse fortement d’un solde positif de 563 millions d’euros à fin 2003 à un solde également positif de 1 428 millions d’euros à fin décembre 2004.

Référentiel comptable IFRS
A l’occasion de la publication de ses résultats 2004, le groupe diffuse pour la première fois les comptes de l’exercice 2004 établis en normes IFRS, en parallèle des comptes établis conformément au référentiel comptable français, qui constituent la référence légalement obligatoire pour cet exercice 2004. 

Ces comptes comprennent les états de synthèse et les notes annexes permettant une vision complète de la performance du groupe, ainsi que les tableaux détaillant l’incidence du passage du référentiel comptable français au référentiel IFRS. L’ensemble de ces éléments est disponible sur le site Internet du groupe (www.psa-peugeot-citroen.com).
Les comptes IFRS ont fait l’objet de diligences d’audit de la part des auditeurs du groupe.

A compter de la publication du chiffre d’affaires pour le premier trimestre, le 28 avril prochain, les résultats du groupe seront établis suivant le seul référentiel IFRS.

Perspectives pour 2005
Pour 2005, PSA Peugeot Citroën a retenu une prévision de marché stable ou en légère progression pour les voitures particulières et les véhicules utilitaires légers en Europe occidentale et des perspectives plus favorables en dehors d’Europe.
Dans ce contexte, le groupe poursuit sa politique dynamique de renouvellement de produits. Après Peugeot 407 berline et SW et Citroën C4 berline et coupé introduites en 2004 et qui connaîtront leur première année pleine de commercialisation, le groupe accélère le rythme des lancements de modèles dans les mois qui viennent avec Peugeot 1007, Peugeot 107 et Citroën C1, Peugeot 407 Coupé et Citroën C6. Les nouveaux modèles lancés de mai 2004 à l’été 2005 représenteront un volume potentiel de ventes de plus d’un million d’unités, soit près du tiers des ventes mondiales du groupe. 
Toutefois, le groupe anticipe le maintien d’un climat concurrentiel soutenu en Europe et prévoit de maintenir une politique commerciale sélective afin de privilégier la rentabilité par rapport aux volumes. PSA Peugeot Citroën vise ainsi une croissance modérée de ses ventes en 2005.

Pour 2005, le groupe prévoit une nouvelle réduction de ses coûts de production industriels, un effet positif sur ses marges commerciales de l’introduction des nouveaux modèles et une stabilisation de la contribution des activités non automobiles. Cependant, la hausse des prix des matières premières devrait avoir un impact négatif pour la division automobile estimé entre 250 et 300 millions d’euros. Dans ce contexte, l’objectif de PSA Peugeot Citroën est d’atteindre une marge opérationnelle consolidée entre 4 % et 4,5 % du chiffre d’affaires.
 

Copyright  2004 - 2005 Ernstrade
Avertissement légal - Contact Webmaster - Partenaires