Accueil Ernstrade Bourse Actualite Stock


CODE FR0000031577 - VIRP

Fondé en 1968 à Carros, près de Nice, par le Docteur Pierre-Richard Dick, vétérinaire de formation, Virbac est exclusivement dédié à la santé animale. Avec un chiffre d’affaires de 438,5 millions d’euros en 2007, la société occupe aujourd’hui la place de 8e groupe pharmaceutique vétérinaire mondial. Sa large gamme de vaccins et de médicaments permet la prévention et le traitement des principales pathologies des animaux de compagnie et d’élevage. Premier laboratoire mondial indépendant exclusivement dédié à la santé animale, Virbac propose des produits et services qui cumulent qualité, efficacité, et praticité pour les soignants qu’ils soient vétérinaires ou propriétaires d’animaux. En une quarantaine d’années, Virbac est devenu une référence mondiale et un expert reconnu dans le secteur de la santé animale. Présente commercialement dans plus de 100 pays, la société rassemble plus de 2700 collaborateurs. Virbac est, depuis 1985, cotée à la Bourse de Paris.
Virbac est restée une société familiale pas seulement au titre de son actionnariat mais aussi par ses principes de management, sa culture et ses valeurs d’entreprise

http://www.virbac.fr


17.01.2017 Chiffre d'affaires consolidé du quatrième trimestre 2016
Chiffre d’affaires annuel en croissance de 4,5% à taux de change constants

 
Le chiffre d’affaires consolidé de Virbac au quatrième trimestre s’est élevé à 225,7 M€, en forte croissance de +9,2% par rapport à la même période de 2015 et en progression de +8,6% à taux de change et périmètre comparables. La croissance du trimestre a été essentiellement tirée par les ventes des gammes historiques aux États-Unis notamment les antiparasitaires internes (lverhart Plus et réintroduction de Iverhart Max), ainsi que les gammes dentaire et dermatologie. Les bonnes performances en Italie, Espagne, Australie et Chine ont également contribué à la croissance. Il est à noter également que les États-Unis ont bénéficié d’un effet de stockage chez les distributeurs en 2016, lié au retour sur le marché de certains produits en toute fin d’année, en particulier Iverhart Max, ainsi qu’à une reprise très progressive des ventes aux cliniques des produits réintroduits.

Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires ressort à 871,9 M€ comparé à 852,6 M€ l’an dernier, soit une croissance globale de +2,3%, dont +4,5% hors impact défavorable des taux de change. Toutes les régions affichent une évolution positive à l’exception du Chili. Aux États-Unis, les gammes historiques, notamment le dentaire et la dermatologie ont continué à progresser. La gamme des antiparasitaires internes Iverhart Plus et Iverhart Max bénéficie d’un effet de base favorable sur l’année et affiche une bonne progression en comparaison de la même période de 2015, tout en étant en retrait par rapport aux perspectives du fait d’un retour sur le marché plus lent que prévu. La gamme Sentinel est en retrait en raison d’une concurrence accrue sur le segment des antiparasitaires internes, par ailleurs en léger déclin. L’Europe affiche une belle progression à +4,6% à taux comparables, notamment du fait d’une activité soutenue en France grâce aux lancements récents des antiparasitaires pour animaux de compagnie et à un effet de base favorable lié aux faibles ventes d’antibiotiques en 2015, ainsi que de la performance du Royaume-Uni, de l’Italie, de la Grèce et de l’Espagne. Dans les autres régions, les pays émergents contribuent fortement à la croissance organique grâce au dynamisme de l’Inde sur les gammes destinées aux ruminants notamment les compléments nutritionnels, antiparasitaires et antibiotiques, de la Chine avec une bonne performance sur les produits animaux de compagnie (Zoletil, Epiotic, Rilexine) et sur la gamme industrielle, au Brésil et au Mexique notamment sur les antibiotiques pour ruminants (Multibio, Shotapen, Fortius).

Sur le plan des espèces, le segment des animaux de compagnie progresse de +6,2% et +7,7% à parités constantes. Cette bonne performance est due à la reprise graduelle des ventes des produits historiques aux États-Unis et à la montée en puissance des nouveaux produits lancés récemment en Europe, notamment les antiparasitaires pour animaux de compagnie Effitix et Milpro, et la nouvelle gamme nutrition. Les gammes dentaire, dermatologie, hygiène et spécialités contribuent également à ce niveau de croissance soutenue.Le segment des animaux de production est en recul à -2,8%, en revanche il est en légère progression (+0,3%) à taux et périmètre constants. Le segment est fortement impacté par la situation au Chili, qui affiche une décroissance de 18%. En dehors de l’aquaculture, les deux secteurs bovin et industriel (porcs-volailles) affichent des performances contrastées à taux et périmètre constants respectivement de +6,2% et -0,7%. La croissance reste tirée plus particulièrement par les pays émergents principalement l’Inde, le Brésil et la Chine, ainsi que par la Nouvelle-Zélande, tandis que l’activité en Europe est en baisse dans le secteur industriel (porcs-volailles).

Perspectives
Aux États-Unis, la filiale américaine a finalement reçu notification de la FDA, le 16 décembre, de la levée de la warning letter reçue en décembre 2015; ce qui permet au site de St. Louis de retrouver le statut de conformité aux bonnes pratiques  de fabrication (cGMP) et lui redonne, de ce fait, la possibilité de déposer de nouveaux dossiers d’enregistrement et de variation auprès de la FDA, et d’assurer la poursuite du transfert de production de Sentinel Spectrum à St. Louis tel que prévu initialement.
Le résultat opérationnel courant ajusté du groupe devrait se situer, comme attendu, au-delà de 10% à taux de change constants tandis que le désendettement s’est poursuivi sur le second semestre, ce qui devrait permettre une baisse annuelle de la dette nette autour de 50 millions d’euros. Le ratio dette nette sur EBITDA du groupe devrait se situer, comme attendu, autour de  4,5 à taux de change constants. Il devrait en revanche se situer au-dessus de 4,5 à taux réels. Compte tenu de ces éléments, Virbac a obtenu, de son pool de banques, un assouplissement de la clause de respect d’un covenant financier à fin 2016. Le ratio dette nette sur EBITDA devra se situer désormais en-dessous de 5,5 à taux réels versus 4,5 auparavant. La discussion se poursuit avec les investisseurs privés (Schuldschein), représentant environ 15% des financements de Virbac SA. Virbac a également obtenu, de son pool de banques, un assouplissement de la clause de respect du covenant financier pour 2017 dans les mêmes proportions que 2016.


Source Virbac.com


Copyright  2017 Ernstrade